Anne Marie Beaumont

« Ce qui porte mon choix de transmettre la pratique de la gh … »

Rencontrer, soutenir la personne dans son projet de vie m’a guidé tout au long de mon activité professionnelle. Educatrice spécialisée auprès d’adultes en difficulté, j’ai été confrontée à la souffrance physique, psychique de ces personnes. J’ai appris à écouter et à accepter mes limites. Accompagner l’autre m’a fait prendre conscience que j’avais aussi, à prendre soin de moi. Si, être dans la nature me ressourçait, m’apaisait, ce n’était plus suffisant. J’avais besoin de trouver et de cultiver une authentique sérénité intérieure, acquérir une qualité de présence.

C’est ainsi qu’en 1986, j’ai rencontré Jackie Labadens et j’ai découvert sa pratique : la gymnastique holistique. Inscrite aux cours hebdomadaires, j’ai apprivoisé la pédagogie de ce travail corporel très rigoureux, sans modèle, guidé à la voix, avec le respect du rythme de chacun.

A cette époque, j’ai trouvé un endroit où je pouvais me poser et plus que cela. L’éveil corporel, les prises de conscience m’ont progressivement transformé physiquement, moralement. Ce travail corporel d’introspection, d’intériorisation m’a permis de développer une posture professionnelle plus ajustée.

Puis, avec 25 ans de pratique régulière, je me suis engagée dans la formation de praticienne en éducation somatique sur les bases de la gymnastique holistique, méthode Dr Ehrenfried, avec Jenny Hess et Jackie Labadens.

De cette certification découlent plusieurs axes de travail me permettant de comprendre autrement la pratique de la gh. En cascade, aujourd’hui je pourrais évoquer :

  • Un travail d’écriture d’un mémoire intitulé : « De la découverte d’un « Presque-rien » à la justesse d’un « Je-ne-sais-quoi » en soi, ou le plaisir d’apprendre par la gymnastique holistique, une approche de l’Education somatique. »
  • Un travail d’ancrage dans ma vie au quotidien où les trois mots clés issus de la réflexion de ce mémoire, « la fluidité, la créativité, l’inachevé « , sont encrés et respirent en moi.
  • Un travail de formation continue par ma présence pour assister Jackie Labadens dans certains de ses cours, en participant à plusieurs de ses stages ainsi qu’à des séminaires de GH[1]
  • Un travail de relais en acceptant d’assurer les cours hebdomadaires à Pibrac et à Toulouse, à la demande de Jackie Labadens.

 

Aujourd’hui, ce qui porte mon choix de continuer la pratique de la gh, c’est la transmission de ma compréhension de cette pratique corporelle. Je souhaite poursuivre ce travail d’éveil corporel avec le respect de la singularité de chacun tel que je l’ai reçu.

Transmettre le mouvement subtil, le « souffle » du mouvement, source d’un mieux-être est fondateur de perspectives porteuses de joie, d’aventures humaines. Tellement essentielles pour chacun de nous.                                  

[1]Séminaire international Lyon, mai 2016.

Séminaire international Québec, mai 2019.

Modules de formation Pibrac, mai 2017 à juillet 2020.